Dominique Cuny, psychologue clinicien, psychanalyste exerçant à Poissy

mardi 1er janvier 2008
par François Dupin
popularité : 9%

Morceaux choisis
(Le texte intégral est en document joint)

L’adolescence est une période difficile d’affrontement, avec ses rites de passage pour donner aux jeunes la place qui leur est réservée, pour les intégrer dans la société.

L’adolescent refuse de se soumettre aux règles que la société lui impose. Il traite de « bouffon » celui qui s’y soumet. Il préfère le plaisir immédiat, « narcissique » à la socialisation, avoir droit à chacune de ses demandes, … « Cette relation hostile doit être pacifiée, et ce qui le permet c’est la mise en place du langage, des codes sociaux et éducatifs. »

D’où l’importance de fixer les limites, de lui apprendre à prendre sur soi pour une joie partagée. « Trouver une limite au débordement des adolescents est une nécessité éducative, pour pouvoir apprendre, il faut entretenir un rapport de confiance à la société des adultes, au langage, à son corps. »

Or « à l’école, les enseignants constatent une montée de la violence chez les enfants et les adolescents, quel que soit le milieu social ».

C’est que notre société engendre plusieurs problèmes :

  • Les parents n’ont pas toujours le temps, et de ce fait culpabilisent, et refusent de prononcer le non et de fixer les limites.
  • La société transforme l’enfant en enfant roi, ou au moins en enfant client, consommateur, qui jouit dans l’instant présent sans limite.
  • Les rites de passage disparaissent : rite de la toge, communion, associations, tutorat, service militaire, remise des prix
  • On ressent le manque de perspectives, de modèles et d’idéaux.
  • Il y a déficit du tiers médiateur, du père,
Et ces problèmes se retrouvent à l’école qui prend alors en charge le passage de l’adolescent à l’adulte.

Il convient de ne pas se mettre dans des situations impossibles à résoudre, et de ne pas s’enfermer en miroir dans des situations violentes de face à face.

Les solutions à envisager :

  • « Ouvrir la formation des enseignants sur la problématique de l’adolescence, la gestion du décrochage scolaire et de la violence »
  • « Ouvrir l’école à la pluridisciplinarité » pour mettre en place les médiations nécessaires
  • « Sortir des situations d’enfermement » et des « logiques de répression et d’exclusion »
  • « La meilleure prévention passe par le dialogue et la médiation » (méthodes actives, groupes d’expression, ateliers de théâtre, projets innovants, projets citoyens, …)
Dominique Cuny 1/2


Dominique Cuny 2/2



Documents joints

Texte de l'intervention
Texte de l'intervention

Commentaires