Mme Winghardt, professeur maître formateur

mardi 1er janvier 2008
par François Dupin
popularité : 26%

Morceaux choisis

Le conflit est nécessaire pour apprendre à se dépasser. L’école met des limites pour permettre la transgression.

Les symptômes :

  • Absentéisme
  • Echec
  • Perte des valeurs de l’école de la République

Les causes :

  • L’environnement : les fractures sociétales
  • L’école : lieu de démocratisation ou lieu d’illusion promotionnelle ?
  • L’enfant : avec son mal-être, périodes constructrices de la personne : l’âge de la maternelle et l’adolescence.

Les fausses pistes :

  • c’est la faute : aux professeurs, au chef d’établissement, aux surveillants, aux parents, aux policiers,
  • les y-a-qu’à … : plus de prisons, plus de surveillances, plus de profs…

Les réponses :

  • politiques : Charte de dix principes (ci-jointe) et diverses dispositions politiques indispensables
  • éducatives et pédagogiques : actions dans les établissements, projets d’établissements, ouverture de l’école.

Une expérience :
« La violence c’est une parole non aboutie »

  1. Premier temps : la parole libérée : ouverture générale de la parole.
    • Un intervenant externe qui anime des groupes de parole où vient qui veut
    • Des temps où les parents d’élèves participent à la vie de l’école
  2. Deuxième temps : la parole s’exerce et se maîtrise
    • Atelier de pensée : ouvrir des débats
    • ...
  3. Troisième temps : la parole partagée
    • Conseils d’enfants
    • Conseil municipal d’enfants
    • Partenariats avec tous : enfants, parents et institutions

Privilégier le conflit constructif : faire que les conflits se transforment en parole partagée.

Mme Winghardt 1/2


Mme Winghardt 2/2