Compte rendu du débat

dimanche 25 janvier 2009
par François Dupin
popularité : 12%

A l’initiative des associations de parents d’élèves, une réunion débats, entre parents et enseignants, sur les réformes du gouvernement dans les écoles maternelles et élémentaires a eu lieu le vendredi 23 janvier 2009 à Andrésy.

Le démantèlement des RASED (Réseau d’Aide Spécialisée aux élèves en Difficulté) qui concerne la suppression de 3000 postes d’enseignants sur la France, 325 dans l’académie de Versailles, 83 dans le département des Yvelines, a occupé une bonne partie de la soirée.

Des témoignages d’enseignants et de parents ont montré la richesse éducative du travail « en réseau » entre le psychologue scolaire, le ré-éducateur, l’enseignant d’adaptation (les trois fonctions qui constituent les RASED), les enseignants de la classe et les parents. Aujourd’hui les enfants qui ont des difficultés scolaires de toutes sortes, passagères ou plus durables, difficultés psychologiques, rejet de l’école, problèmes comportementaux, difficultés de compréhension, ….et qui ne sont pas pour autant « a-normaux » peuvent bénéficier de la qualité de cet enseignement. Ils sont environ 300 élèves dans la commune d’Andrésy.

Avec la réforme votée au budget de l’Education Nationale, ces structures sont en voie de disparation bien que, à ce jour, le sort du personnel concerné sur Andrésy ne soit pas encore fixé pour la rentrée prochaine….Parents et enseignants, inquiets, se mobilisent pour le maintien du RASED et de l’ensemble des postes concernés sur la commune d’Andrésy, pour que les enfants et les familles qui en éprouvent le besoin puissent toujours bénéficier de cette aide pour les aider dans leur scolarité.
Les parents se sont également interrogés sur les autres réformes en cours :

  • la suppression de classe le samedi matin appréciée par les parents a conduit à une diminution de 2h d’enseignement par semaine. concentre l’école sur 4 jours. Les compétences attendues sont plus importante dans les nouveaux programmes et laissent moins de place, nous semble, à la qualité de l’enseignement. .
  • Les programmes en apparence plus concentrés, sont en fait plus lourds et laisse moins de place au développement de la réflexion de l’enfant.
  • Cette concentration (programmes plus chargés, et horaire diminué) ne permet plus, aux dires des enseignants présents, de prendre le temps nécessaire à chaque élève.
  • L’évaluation CM2 début janvier : nos enfants ont eu une évaluation sur les points de programme qui ne seront abordés que lors du dernier trimestre, les barèmes de notations de celle-ci sont inadaptés (une seule faute dans un exercice équivaut a ZERO). L’évaluation qui devraient être un outil pédagogique permettant de faire le point pour chaque élève de leurs compétences et permettre d’approfondir les lacunes cette évaluation semble plutôt tournée vers l’établissement de statistiques dont on peut craindre l’utilisation : classement des écoles, dénigrement de l’Education Nationale,
  • Le sort des Maternelles inquiète les parents d’élèves (la Crainte d’aller vers le rattachement de la Grande Section à l’école Elémentaire, et vers la transformation des Petites et Moyennes Sections en « jardins d’enfants » à la charge des municipalités), alors que certains pays évolue en sens inverse en s’inspirant du modèle français des maternelles pour sa qualité éducative.
  • La suppression des IUFM (Institut Universitaire de Formations des Maitres). Qui privilégie une formation théorique à une formation en alternance nous interpelle suer la formation des enseignants de demain
  • La création des EPEP (« Etablissement Public d’Enseignement Primaire ») qui devrait être votée en février au Parlement : regroupement des écoles en groupes scolaires plus autonomes où les municipalités prennent plus d’importance. placera-t-elle toutes les municipalités à égalité ?

Les participants sont en accord sur la nécessité d’évolution de l’Education Nationale (l’enseignement des langues en primaire par exemple : avec le recrutement d’enseignants d’autres pays) et condamnent les attitudes « rigides et corporatistes » qui s’opposeraient à toute réforme.

Cette évolution doit se faire dans la sérénité et la concertation avec toutes les parties prenantes, parents et enseignants. Pour le bien être de nos enfants ce qui est dénoncé dans les méthodes aujourd’hui utilisées, ce sont les effets d’annonce, la mise en opposition des parents et des enseignants, les petites phrases méprisantes qui correspondent plus à une stratégie de conflit qu’à des maladresses, ....

En conclusion, il est apparu que l’effort de communication entre parents et enseignants doit être développé : « il faut que parents et enseignants se parlent plus souvent pour dire voilà l’école dont on rêve » « vers une école publique d’excellence, école de la réussite pour tous » de façon à ne pas apparaître comme d’éternels opposants à toute réforme.

Enfin, la majorité s’est déclarée favorable à l’organisation d’une « Nuit des Ecoles » à Andrésy le vendredi 30 janvier pour le maintien du service public d’éducation de qualité et le maintien de la totalité des postes du RASED d’Andrésy. .

Cette information sera portée à la connaissance de mairie d’Andrésy.


Commentaires