La semaine de quatre jours de plus en plus critiquée

mardi 24 novembre 2009
popularité : 6%

La semaine de quatre jours de plus en plus critiquée Un article par dans le quotidien Le Monde

Haro sur la semaine de quatre jours. Un an après la suppression de l’école le samedi matin, un rapport rédigé par l’inspection générale de l’éducation nationale estime que "les inconvénients" de la semaine de quatre jours "se confirment".

Cette note de synthèse sur "la mise en oeuvre de la réforme de l’enseignement primaire" énumère les effets néfastes de la nouvelle organisation mise en place à la rentrée 2008. La fatigue des enfants est désignée en premier, suivie du manque de temps pour les apprentissages. "De l’avis général des enseignants, le temps manque pour faire tout le programme (...). L’année scolaire n’est plus que de 144 jours théoriques et 140 en fait, alors que la moyenne européenne est de 185 jours", précisent Philippe Claus et Odile Roze, les deux inspecteurs généraux auteurs de ce travail.

La suite sur Le monde.fr :

http://www.lemonde.fr/societe/artic...


Commentaires

Logo de Isabelle MORITZ
lundi 1er septembre 2014 à 18h30, par  Isabelle MORITZ

Bonjour,

La mise en place de la semaine de 4 jours à l’école élémentaire Denouval génère un sur-coût et des difficultés d’organisation pour les familles :
- les horaires du bus n°11 ne permettent pas aux grands-parents et aux parents de chercher les enfants à 16h (les grands-parents n’ont pas nécessairement le permis et certains habitent Paris, les parents ne peuvent pas toujours payer le parking )
- l’inscription à l’accueil du soir est inadmissible : les grands-parents qui vont chercher les enfants ont parfois des empêchements de dernière minute (état de santé ou état du trafic RER), nous devons donc les inscrire tous les jours de manière préventive. Résultat : une facture de 20€ supplémentaire par mois et un risque que les parents préfèrent finalement laisser les enfants à la garderie "pour ne pas payer pour rien" !
Je trouve ces mesures inadmissibles en période de crise